wp1c5641b9.png
wp40efa76f.png
wp2eda48df.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp7d060e8d.png
wpd452cb41.png
wp87c5783f.png
wpe9c3b576.png
wp72cb8a2a.png
wpdb9fef1f.jpg
wpba53d8e2_1b.jpg
wpe06c59f0.jpg
wp71c1290c.jpg
wpd13f36c0.jpg
wp9d41ef74.jpg
wp299bf294.jpg
wpefcd5fc2.jpg
wp9fbd8fb8.jpg
wp252ccd9a.jpg
wpb792724d.jpg
DR GUY DUPIELLET
Avant d’aborder la palpation du poignet, nous devons nous souvenir qu’il est constitué de 2 rangées de 4 os et qu’il comporte
* 2 articulations principales:
- radio-carpienne entre la 1 ère rangée et la glène antébrachiale (face inférieure du radius et ligament triangulaire)
- médio-carpienne entre 1 ère et  2ème rangée
* de nombreuses articulations intercarpiennes.

L’articulation radio-ulnaire inférieure ne fait pas partie du poignet: elle est fonctionnellement liée à la radio-ulnaire supérieure et donc au coude.



Nous devons rappeler également la position de référence:
La face palmaire de la main regarde en avant,
Pouce et radius sont situés latéralement
Auriculaire et ulna sont médiaux.


Dans ces conditions, de latéral à médial,
- la 1 ère rangée est constituée du scaphoïde, du lunatum et du triquétrum; le pisiforme fait partie de cette première rangée mais est un os sésamoïde située sur la face antérieure du triquétrum.
- la 2ème rangée du trapéze, trapézoïde, capitatum, hamatum.

Nous palperons en 1er lieu la face dorsale postérieure du poignet.

wpe3c5b707.jpg
Palpation bilatérale des 2 proéminences latérale et médiale représentées par la styloïde radiale et la styloïde ulnaire. Il est intéressant de noter que la styloïde radiale est plus basse que l’ulnaire. Ceci explique que l’inclinaison ulnaire a une plus grande amplitude.que l’inclinaison radiale.
En effet, dans l’inclinaison radiale, le scaphoïde vient buter très rapidement contre la styloïde radiale alors que le triquétrum verrouille l’inclinaison ulnaire plus tardivement
wp0fd058af.png
wp284dca6f.png
wp2b0f8f05.png
Le tubercule dorsal est une proéminence de la face postérieure du radius que l’on retrouve généralement  très légérement en dehors du grand axe du 3ème métacarpien.
Le tendon du muscle long extenseur du pouce, que nous verrons plus loin, le contourne médialement.
La face latérale du scaphoïde est très facilement palpable dans la tabatière anatomique, circonscrite par les tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce latéralement (en bas sur la photo) et du long extenseur du pouce médialement (en haut sur la photo).
Cette palpation est très douloureuse en cas de fracture du scaphoïde.
wp284dca6f.png
La face dorsale du scaphoïde se palpe en dehors du tubercule de Lister (tubercule dorsal déjà vu).
wp2b0f8f05.png
wp284dca6f.png
La face dorsale du lunatum (os très souvent concerné dans les entorses du poignet) se palpe en dedans du tubercule de Lister dorsal, dans le prolongement de l’axe du 3ème métacarpien.
wp06dbadf7_1b.jpg
wp2b0f8f05.png
La face dorsale du triquètrum se palpe latéralement et immédiatement en dessous de la styloïde ulnaire. Il suffit de prolonger l’axe du 5ème métacarpien.

Nous venons de palper (de dehors en dedans) les 3 os de la 1 ère rangée (rappelons que le pisiforme n’est accessible que par voie antérieure), nous allons maintenant palper la 2ème rangée
wp284dca6f.png
La face dorsale du trapéze se palpe dans la partie distale de la tabatière anatomique immédiatement en dessous de la base du 1er métacarpien.
Rappelons que cet os est déformé dans les rhizarthroses et que dans ce cas, sa mobilisation est très douloureuse.
wp2b0f8f05.png
Le trapézoïde se palpe immédiatement en dedans du tendon du long extenseur du pouce, à la base du 2 ème métacarpien.
L’index qui palpe s’enfonce dans une petite dépression
wp284dca6f.png
La face dorsale du capitatum se palpe très facilement dans le prolongement du 3ème métacarpien..
En effet si l’on suit le 3ème métacarpien jusqu’à sa base, l’on plonge dans une dépression nette représentée par le capitatum
3ème méta, capitatum, lunatum représente l’axe du poignet.
wp2b0f8f05.png
A la base du 4ème métacarpien il est facile de palper la face postérieure de l’hamatum
LES TENDONS
Ce tendon n’est pas facile à différencier du tendon du court extenseur du I.
Il faut porter le pouce en extension et en abduction, ce qui permet de mettre en évidence les tendons du court et du long extenseurs.
Dans cette position, il est aisé de sentir le tendon du long abducteur du I à la base du 1er métacarpien.
wpa246d6f1.jpg
wpb0fe8a0f.jpg
Le court extenseur du I  se rencontre au dessus du long abducteur et va s ‘insérer à la base de la première phalange du pouce; son trajet est souvent trés visible.
Rappelons que la tendinite de Quervain est une ténosynovite qui affecte ces 2 tendons (long abdcuteur et court extenseur) dans la  gouttiére où ils cheminent au niveau du bord latéral du radius par contacts répétés avec la styloïde radiale.
wp284dca6f.png
wp87a4d87f.png
wp284dca6f.png
Le long extenseur du I est le plus saillant..On peut suivre son trajet et le voir contourner médialement le tubercule de Lister.
wp909d1500.jpg
Ce schéma reprend les insertions des 3 tendons postérieurs du pouce.
Leurs insertions sont faciles à retenir: base du 1er méta = long abducteur,
base de P1 du I = court extenseur, base de P2 du I = long extenseur.
wp69f9ac97.jpg
wp4fe5fc67.jpg
wp8723c76a.jpg
wpf91501ed.jpg
wp9c6c6e13.jpg
wp3150d1a1.jpg
wp2b0f8f05.png
Si l’on continue la palpation en direction médiale on trouve le tendon du long extenseur radial du carpe. Bien qu’il s’agisse d’un extenseur du poignet, il est plus facile pour le mettre en évidence de serrer les doigts énergiquement.
On le suit parfaitement jusqu’à son insertion sur la base du 2ème métacarpien.
wp4606ee4b.png
A ses côtés, dessinant une sorte de triangle,  chemine le tendon du court extenseur radial du carpe. Ce muscle épicondylien, souvent en cause dans les épicondylites latérales, s’insère sur la base du 3ème métacarpien.
wp2b0f8f05.png
Plus médialement, en dedans du tubercule dorsal, on individualise les tendons de l’extenseur des doigts qui est aussi un muscle épicondylien.
C’est lui le plus souvent en cause dans les épicondylites latérales.
Au niveau des tendons de l’extenseur, mais les surcroisant, on peut aussi mettre en évedence le tendon de l’extenseur de l’index
Plus médialement mais en dehors de la styloïde ulnaire l’on va repérer le tendon de l’extensur du V
Et enfin le dernier tendon palpable est celui de l’extenseur ulnaire du carpe que l’on sent très bien à la base du 5ème métacarpien lorsque l’on demande une extension ulnaire contrariée.
1 - FACE DORSALE
wp19c3eb43.png