wp1c5641b9.png
wp40efa76f.png
wp797c7b34.png
wpa989cae8.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp3561db27.png
wpd452cb41.png
wp87c5783f.png
wpf1fafdab.png
L'approche manuelle de l'ensemble fonctionnel bassin-lombaire, constitue souvent les premiers pas de l'apprentissage palpatoire.
Pour pouvoir en faire une analyse mécanique fine et comprendre son fonctionnement dynamique, il faut commencer par       
équilibre latéral
Au préalable et très rapidement, sans approfondir pour l'instant, ce n'est pas l'objet ici, nous déterminerons le type postural du patient. Ce qui nous permettra d'avoir une idée de l'organisation de ses chaînes musculaires.

Puis nous nous intéresserons au bassin pour apprécier notamment son équilibre latéral et la présence d'une  éventuelle jambe courte.

Pour cela, nous devons visualiser la symétrie du galbe des flancs et en particulier la symétrie de la concavité : si existe un galbe plus rectiligne, ceci indique une très probable jambe courte du même côté (en l'absence de contracture musculaire évidente ou d'attitude antalgique bien sûr.)
posture
galbe des flancs
vue postérieure bassin
La ligne horizontale qui joint le sommet des crêtes iliaques passe par le disque et les articulations inter vertébrales L4-L5 si la posture est normale et en l'absence évidemment d'anomalie de la charnière lombo-sacrée.

Du sommet des crêtes, la palpation nous permettra de descendre le long de leur relief  jusqu'aux proéminences les plus postérieures de ces  ilions qui sont dénommées épines iliaques postéro supérieures : on les palpe parfaitement, tant au niveau de leur bord interne que de leur bord inférieur. Il faudra apprécier leur hauteur relative.
La ligne horizontale qui les réunit passe normalement par l'épineuse de S2.
Cet alignement E.I.P.S. / S2 est un repère fondamental qui matérialise l'axe de flexion-extension du sacrum.

En dedans du bord médial des E.I.P.S. et des tubérosités iliaques, les doigts perçoivent une dépression que l'on appelle les sulcus : il s'agit en réalité de la distance séparant les ilions de la masse musculaire commune sacro-lombaire et du sacrum sous-jacent.
Nous continuerons notre '' descente palpatoire'' sur les iliions en tentant de sentir les épines ischiatiques, très prés desquelles passent le tronc du nerf sciatique. Il s'agit du reste, d'un point de compression. Mais ces épines, en fonction de la morphologie du patient ne sont pas toujours perceptibles.

Enfin, tout en bas, au niveau des tubérosités ischiatiques, on palpera les tendons des muscles ischios jambiers vers le bas, et en partant du pli fessier et nous dirigeant latéralement, nous pourrons sentir la corde dure du ligament sacro-tubéreux.

Remontant sur le sacrum on percevra sur la ligne médiane, les épineuses sacrées et en se rapprochant du coccyx, la dépression que constitue le hiatus sacral dont on sent parfois très bien les cornes latérales.

Au niveau du hiatus, latéralement il est facile de palper les proéminences les plus postérieures du sacrum que l'on appelle les angles inféro- latéraux. Ceux ci correspondent habituellement à l'extrémité supérieure du pli interfessier. On appréciera leur face postérieure et leur bord inférieur, à la rencontre à nouveau du ligament sacro-tubéreux. Cette palpation des A.I.L. tente aussi de déterminer leur position spatiale symétrique.
tubérosité ischiatique et tendons
Schéma tiré de l'atlas d'anatomie
PROMETHEE
L'examen palpatoire nous oblige à quelques rappels d'anatomie. Il se fera en position debout mais aussi en décubitus ventral et dorsal pour pouvoir apprécier l'ensemble des structures.
topographie postérieure bassin
Puis, nous allons palper la face extene des grands trochanters pour sentir leur bord supérieur où nous trouvons la corde dure du moyen glutéal mis en tension par une abduction contre résistance ou par un appui unipodal : c'est le muscle de l'équilibre latéral du bassin.
grand fessier et pelvi trochantériens
Immédiatement, en dedans et en arrière du moyen glutéal, se trouve le tendon du muscle piriforme. Ce muscle nous intéresse particulièrement en ostéopathie, car il est le seul muscle pelvi trochantérien à s'insérer sur la face antérieure du sacrum (comme l'indique le schéma ci-dessous) et que son bord inférieur livre passage au tronc du nerf sciatique.
Si on l'observe bien, on s'aperçoit qu'il s'insère sous le 2ème trou sacré, ce qui, on le verra  n'est pas sans importance quant à son action sur le sacrum.
Schéma tiré du livre
MASSOTHERAPIE CLINIQUE
Schéma tiré du livre
MASSOTHERAPIE CLINIQUE
ilio psoas piriforme
Schéma tiré du livre
MASSOTHERAPIE CLINIQUE
Par ailleurs, on peut supposer que toute contracture ou hypertonie de ce muscle piriforme, qui est par ailleurs abducteur et rotateur latéral de hanche, est à même de retentir sur le tronc sciatique sous jacent.
Au travers de l'extraordinaire entrelacement musculaire postérieur, nous allons poursuivre notre palpation à la recherche de repères précis.

Le schéma ci contre  nous rappelle cet enchevêtrement musculaire postérieur.
musculature postérieure
Schéma tiré de l'atlas d'anatomie
PROMETHEE
wp19c3eb43.png
photo rachis lombaire bassin
wpe6d6b326_1b.jpg
VIENT DE PARAÎTRE
SI VOUS SOUHAITEZ DES RENSEIGNEMENTS, CLIQUEZ SUR L’IMAGE
wp8c63ee8d_1b.jpg
SI VOUS SOUHAITEZ L’ACQUÉRIR, (30€), CLIQUEZ SUR LE LOGO DE SAURAMPS MÉDICAL